Sélectionner une page

LE TRAIT – Episode 13 – Laure Adler raconte Perriand

Laure Adler raconte Perriand

Laure Adler raconte Charlotte Perriand.

La journaliste Laure Adler a écrit une formidable biographie sur Charlotte Perriand (1903-1999), personnalité hors normes du 20 e siècle, designer, architecte, décoratrice, qu’elle a connue et aimée tout de suite. « Un coup de foudre amical », dit-elle.

Laure Adler décrit Charlotte Perriand comme une « inventeuse », une « glaneuse de beauté ». Charlotte Perriand était « solaire, habitée par une intensité de vie »

Extraits

« Charlotte Perriand m’a énormément impressionnée. Elle avait une sorte d’enthousiasme de vie. Intellectuellement, Je me suis aussi plongée dans cette période des années 1920 à 1950 que je connaissais moins, Je ne savais pas que le rôle des femmes pendant le Front populaire notamment avait été, pas seulement sur le plan du design, mais aussi sur le plan de la photographie du journalisme, assez béni pour les femmes »

« J’avais reçu le livre de Charlotte Perriand et j’avais été happée par la photo de son visage. Elle ressemblait à une tahitienne avec un visage très enfantin »

« Elle a vécu beaucoup d’épreuves, mais s’en est toujours sortie par une sorte de philosophie du bonheur, d’hédonisme volontaire. Elle avait un rapport très particulier au corps »

« Charlotte Perriand était plus connue que Le Corbusier. Elle avait déjà eu du succès avec son « Bar sous le toit » qui date de 1927. Elle a beaucoup apporté à Le Corbusier notamment s’agissant de l’aménagement de petits espaces, du mobilier d’intérieur. Elle a beaucoup travaillé. Elle ne se vivait pas comme une artiste ».

« Charlotte passait beaucoup de temps dans la ferme de ses grands-parents. Elle a aimé les pierres, la pureté et la beauté des grandes tables en bois paysannes. Elle reprendra cela plus tard notamment dans ses habitats de montagne ou dans ses projets politiques par exemple ses refuges pour les réfugiés après la guerre. Charlotte était anthropologue. Elle enquêtait, interviewait les sans-abris ».

Le goût de Laure Adler

«Je n’aime pas le goût bourgeois. Je n’aime pas les gens qui détestent, les gens qui méprisent les fautes de goût. J’aime la dissonance. Je n’aime pas le diktat du goût. Je trouve que le mauvais goût peut être magnifique ».

Les projets de Laure Adler

« Je travaille à une biographie de l’anthropologue Françoise Héritier que j’adorai. Elle m’a dit un jour : tu sais les femmes très vieilles dans toutes les sociétés, cela ne dérange plus personne ni les autres femmes ni les hommes »…

 

 

Dédicace

Your content goes here. Edit or remove this text inline or in the module Content settings. You can also style every aspect of this content in the module Design settings and even apply custom CSS to this text in the module Advanced settings.

Interviews Récentes

LE TRAIT – Episode 28 – Or pair

LE TRAIT – Episode 28 – Or pair

LE TRAIT - Episode 28 - Or pairOr Pair Issu d’une famille de viticulteurs, le quadra Jean-PierreCottet-Dubreuil a développé très tôt le goût des beaux objets et defaçon singulière : les couverts en argent que sa mère sortait lors degrandes occasions, une sorte de...

lire plus
LE TRAIT – Episode 27 – Le soft POWER du Luxe

LE TRAIT – Episode 27 – Le soft POWER du Luxe

LE TRAIT - Episode 27 - Le soft POWER du LuxePlaidoyer pour le luxe Bruno Lavagna livre un livre original et passionné consacré à la géopolitique du luxe. Le secteur du luxe reste un secteur en forte croissance (1300 milliards d’euros d’ici 2025. Un consommateur sur...

lire plus
LE TRAIT – Episode 26 – Sophie Gachet, en Mode Good Cop

LE TRAIT – Episode 26 – Sophie Gachet, en Mode Good Cop

LE TRAIT - Episode 26 - Sophie Gachet, en Mode Good Cop !Le goût de Paris : conversation avec Sophie Gachet Ancienne grand reporter à Elle Magazine, Sophie Gachet, blonde lumineuse et ultra sympathique, a couru les « fashion weeks » pendant près de vingt ans. Elle a...

lire plus