Sélectionner une page

Le Trait  #42- Alexia Leleu, Un roman français

 

Il faut rencontrer Alexia Leleu, 4ème génération, pour entendre l’histoire totalement rocambolesque de sa famille, à l’origine d’une des plus grandes réussites de l’art déco entre 1910 et 1973. Alexia Leleu, quadra pétillante et ultra déterminée, y joue un rôle absolument majeur puisque c’est elle qui relancera la Maison Leleu en 2017 alors qu’elle fait une belle carrière dans l’industrie pharmaceutique.

Originaire de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), son arrière-grand-père Jules Leleu est ébéniste, mais il va très vite devenir l’un des pionniers de l’art déco. Il remporte le premier prix de l’Exposition universelle de 1925 ; ce qui le propulse. Il s’installe à Paris et devient l’un des grands ensemblier-décorateurs de l’époque. Le loup ailé, emblème de la maison, s’inscrit dans l’histoire de la haute décoration française. Ainsi, la Maison Leleu a décoré le paquebot Normandie, Le France, l’Elysée, des ambassades, les intérieurs des personnalités de l’époque. De nombreuses pièces sont aujourd’hui exposées dans les musées en France et à l’étranger.

Il est difficile d’imaginer qu’une telle réussite puisse s’éteindre du jour au lendemain, mais c’est néanmoins ce qu’il se produit en 1973, à la suite de la commande impayée du Shah d’Iran qui avait mobilisé pendant trois ans la maison Leleu (de pair avec la Maison Jansen) pour les fêtes de Persépolis (1971), qui doit célébrer dans le faste les 2500 ans de l’empire perse, en présence de toutes les têtes couronnées, présidents et chefs de gouvernement.

L’entreprise est contrainte de mettre la clef sous la porte (de même d’ailleurs que Jansen). Alexia Leleu n’a jamais rien su de cette histoire familiale, secret de famille douloureux et enfoui. Aucun membre de sa famille ne racontait l’histoire de la Maison Leleu tout en vivant dans les meubles des grandes heures de la maison.

Elle décide néanmoins d’en savoir plus et se plonge dans les bibliothèques d’archives. Elle contacte une ancienne collaboratrice de son grand-père Jean : Françoise Siriex. Cette rencontre sera déterminante car Françoise Siriex a conservé toutes les archives de l’entreprise qu’elle avait récupérées dans les poubelles des ateliers de la rue Saint-Sabin (11e)…La précieuse collaboratrice les confie à Alexia Leleu et l’histoire peut ainsi recommencer.

Sans une once de doute, Alexia abandonne alors son métier et tente de reconstruire l’histoire familiale. Elle décide tout de même de s’inscrire dans une formation aux métiers de l’art à l’école Boulle pour compléter son cursus. Le souhait d’Alexia est de sauvegarder les lignes et les éléments « signatures » de Leleu mais de les repenser avec une touche contemporaine.

Le pari d’Alexia Leleu est réussi. C’est à nouveau une maison recherchée pour son raffinement et ses lignes intemporelles. Chaque pièce est signée, authentifiée, et numérotée. La maison est présente dans le mobilier, les luminaires, les tapisseries et les tapis.

Alexia Leleu raconte cette incroyable histoire au Trait.

Bonne écoute !

Questionnaire de Proust :

Occupation idéale

Celle d’aujourd’hui ! Dans une reconversion, on quitte son ancienne vie, pour pouvoir être enfin à sa place. Je pense avoir trouvé la mienne !

Le pays où j’aimerais vivre

La France  évidemment! J’aime sa diversité de paysages, sa culture et son histoire, sans oublier sa gastronomie ( très important pour moi !) et son gout inné du raffinement.

Un /des Créateurs (au sens large)

Jules LELEU qui est pour moi un pionnier et un créateur de génie !

Bien entendu, je suis également très admirative d’Andrée Putnam, l’une des premières femmes à se démarquer dans le milieu du design .

Une couleur

Le vert !

Mes héros-héroïnes fiction/vie réelle

Andrée Putnam encore.

Et toutes les femmes entrepreneuses qui m’ont montrée la voie… Jeanne Lanvin, Meryl job, etc…

Ce que je déteste le plus

L’injustice

Ce que j’apprécie le plus chez les autres

Leur honnêteté et leur humour

L’état présent de mon esprit

Pile électrique comme toujours !

La faute qui m’inspire le plus d’indulgence

La faute admise

Ma devise

Ne rien lâcher – Un échec permet la victoire de demain

Le monde de demain en quelques mots ?

Un monde différent de ce que l’on connaît. Un retour aux valeurs et aux choses importantes ( enfin je l’espère).

Dédicace

Interviews Récentes

LE TRAIT Episode 46- Au nom du père

LE TRAIT Episode 46- Au nom du père

LE TRAIT Episode 46-Patricia Marinho Au nom du père C’est une invitation au voyage à laquelle vous convie le Trait pour cet épisode. Patricia Marinho est la fille de Noël Marinho. Ce nom n’est pas forcément très connu en France et pourtant, Noël Marinho (1927-2018)...

lire plus
LE TRAIT Episode 45- Une certaine idée de la mode

LE TRAIT Episode 45- Une certaine idée de la mode

Le Trait-# 45- Colette Maciet Une certaine idée de la mode   Colette Maciet a travaillé comme couturière auprès des plus grands créateurs : Chanel, Karl Lagerfeld, Saint-Laurent, Givenchy, Galliano.... Un parcours singulier qu’elle raconte dans un livre « Haute...

lire plus
LE TRAIT -EPISODE 44- Gilles Clément

LE TRAIT -EPISODE 44- Gilles Clément

Le Trait-# 44- Le goût de la terre avec Gilles Clément     Jardinier, paysagiste, enseignant, écrivain... Gilles Clément, né en 1943, mène un combat incessant pour la nature et la protection de la diversité. Il porte la conviction qu’il faut cesser de vouloir...

lire plus
Le Trait-Episode 43- Signé Pierre Minassian

Le Trait-Episode 43- Signé Pierre Minassian

Le Trait-# 43- Signé Pierre Minassian -Signé Minassian Une petite cinquantaine, Pierre Minassian, air vif et toujours juvénile, est aujourd’hui l’un des grands noms de l’architecture (il a créé son agence AUM, à Lyon en 1999 seulement). S’attelant à ses débuts à la...

lire plus